Monthly Archives: juillet 2019

2019-Faits marquants du moi de Juin

Température en hausse

Juin marqué par un épisode caniculaire hors norme.

Les températures moyennes mensuelles se sont situées en dessus des moyennes de saison d’environ 2 degrés. Cet excédent est à mettre au crédit de l’épisode vraiment caniculaire qui a débuté le 26 juin balayant nombre de records absolus surtout sur les minimales.

Icone_Pluvio_SPIEA

Précipitations Pluvio-orageuses, excédentaires et irrégulières.

Il est tombé entre 40 mm dans le Thouarsais et presque 105 mm d’eau ce mois-ci dans le Civraisien. L’excédent est quasi généralisé excepté sur les Deux Sèvres où la région de Niort et allant vers la Vendée affiche un léger déficit d’une dizaine de pourcents par rapport à la normale mensuelle. Sur la Vienne, l’excédent est important surtout au sud d’une ligne reliant Poitiers à Archigny, surtout du Civraisien à la Vienne Limousine où l’excédent est de 60 à 80 % des cumuls habituels en juin.

Icone_SoleilCanicule

Insolation proche des valeurs normales

Le soleil a été présent sans plus une bonne partie du mois, c’est en dernière décade qu’il s’est vraiment installé et à été très chaud, tropical. Sur le Poitou on relève entre 240 et 250 heures d’ensoleillement. Il y a un petit excédent (autour de 10%) sur une franche Est du département de la Vienne. On a enregistré 6 à 7 jours de plein ensoleillement et deux à trois jours de ciel très nuageux, le reste du temps a été partagé et souvent nuageux.

VENT-Nuage

Tempête printanière : Miguel

Les vents du secteur sud ont été largement dominants et souvent forts à tempétueux. Le passage de la tempête Miguel le 7 juin s’est accompagné de vents violents : 112km/h à Thénezay(79), 101,5 km/h à Poitiers(89), 100,1 km/h Montmorillon (86) ce jour-là. Le reste du mois les vents ont été souvent d’Est parfois modérés.

2019-Les précipitations de l’année 2019

Précipitations de Janvier à Décembre 2019

Cumul de l’année en cours

Mise à jour le 1 juillet 2019 (Nouvelles stations de mesures)

Juin 2019 : Il est tombé entre40 mm dans le Thouarsais et presque 105 mm d’eau ce mois-ci dans le Civraisien. L’excédent est quasi généralisé excepté sur les Deux-Sèvres où de la région de Niort et allant vers la Vendée on mesure un léger déficit d’une dizaine de pourcents par rapport à la normale mensuelle. Sur la Vienne, l’excédent est important surtout au sud d’une ligne reliant Poitiers à Archigny, surtout du Civraisien à la Vienne Limousine où l’excédent est de 60 à 80 % des cumuls habituels en juin.

image

Précipitations mois par mois sur le Poitou pour l’année 2019

Janvier 2019 : Les précipitations de ce premier mois de l’année 2019 sont déficitaires. Avec 25 à 55 mm, ce mois de Janvier est très nettement déficitaire, de 35 à 50 %, voire même de 50 à 60 % sur le Nord-Ouest de la région. Le cumul quotidien n’a en effet pas dépassé localement les 10 mm que pour la journée du 29 janvier. Le cumul des 6 derniers jours  du mois représente 50 à 70 % du total mensuel…

image

Février 2019 : Ce mois de février est déficitaire sur l’ensemble du Poitou. Ce déficit est plus marqué sur la Vienne que sur les Deux Sèvres. Il est important sur le Montmorillonnais avec seulement 22 % de la normale. Ailleurs le déficit varie entre 70 % sur la région de Niort et une grande partie Est de la Vienne et un peu moins de 30 % sur les Gâtines. La ville la plus sèche : Montmorillon avec seulement 12,4 mm (68% de déficit), et la plus arrosée est Parthenay avec 47,5 mm seulement (25% de déficit).

image

Mars 2019 : Ce mois de mars est encore déficitaire de 10 à 35 %. Ces précipitations sont malgré tout localement proches des normales, notamment sur le Nord du Thouarsais et le Loudunais, et même excédentaire de près de 20 % à Melle (à cause des 33 mm tombés le 6).

image

Avril 2019 : Entre excédent et déficit, la répartition géographique des précipitations est contrastée. Excédentaire de 10 à 20% au centre du Poitou, et très déficitaire à l’est –45% dans le Chauvinois et aux frontières du Berry. Déficit aussi dans le nord-ouest des Deux-Sèvres avec – 30% de précipitations du coté de Mauléon.

image

Nouvelles stations de mesures dans le Poitou

Mai 2019 : Les précipitations du mois de mai 2019 sont encore déficitaires principalement sur le nord ouest des Deux-Sèvres avec 24% de déficit à Mauléon et 31% à Thouars et sur le nord-est de la Vienne avec 25% de déficit à Archigny et 22% à Châtellerault. Quelques pluies orageuses ont permis d’atteindre les normales de saison sur le Civraisien et Benassay.

image

Juin 2019 : Il est tombé entre40 mm dans le Thouarsais et presque 105 mm d’eau ce mois-ci dans le Civraisien. L’excédent est quasi généralisé excepté sur les Deux-Sèvres où de la région de Niort et allant vers la Vendée on mesure un léger déficit d’une dizaine de pourcents par rapport à la normale mensuelle. Sur la Vienne, l’excédent est important surtout au sud d’une ligne reliant Poitiers à Archigny, surtout du Civraisien à la Vienne Limousine où l’excédent est de 60 à 80 % des cumuls habituels en juin.

image

2019-06 : Synthèse climatique du mois de juin sur le Poitou

Analyse générale – Très contrasté et très varié : une tempête et un coup de chaud au menu du mois juin 2019

Du 1 au 4 juin : chaud et un peu instable

Le flux d’altitude est orienté au sud-ouest, c’est un temps chaud devenant passagèrement pluvio-orageux qui s’est établit.

Du 5 au 13 juin : perturbé et tempétueux

A compter du 5 juin, le temps se rafraîchit considérablement, une goutte froide va ensuite s’installer sur nous à compter du 7 juin précédée du passage de la tempête Miguel. Celle-ci déclenche une vigilance orange en raison des violentes rafales prévues ce jour-là sur le Poitou et une bonne partie de la France. On relève des vents supérieurs à 100km/h dans le Poitou et supérieurs à 120km/h sur le littoral charentais. Les vents moyens ont été souvent très soutenus et ont contribué au fil des heures à fragiliser végétation et bâtiments occasionnant comme sur le département des Deux Sèvres des accidents et des dégâts par chute d’arbres ou coupures d’électricité, une centaine d’interventions ont aussi été recensées sur la Vienne.

Du 14 au 22 juin : souvent frais et nuageux

Le flux d’altitude s’établit au sud-ouest avec une hausse de pression en surface, ainsi c’est un temps parfois nuageux avec quelques phénomènes de brume ou bancs de brouillard qui perdure. Le soleil fait parfois des apparitions remarquées comme le 17 juin où il a été omniprésent et a donné un coup de pouce aux températures qui étaient bien à la peine.

Du 23 au 30 juin : fortes chaleurs et canicule

Le flux d’altitude de sud nous ramène de l’air tropical qui s’installe quelques jours sur la France entraînant une période caniculaire en juin sans précédent à cette période de l’été. Les débordements d’entrées maritimes limitent parfois la montée des températures le 29 sur une partie sud du Poitou. C’est plus sensible à compter du 28 juin en allant sur le littoral et vers l’ex-Aquitaine. Le 30 juin au matin, l’arrivée d’humidité de basses couches et d’air maritime plus frais et plus humide met fin à la période caniculaire des jours précédents. Quelques ondées sur le Poitou, localement orageuses se produisent dans la nuit du 30 au 1 juillet sur les Deux Sèvres.

Précipitations – Pluvio-orageuses, excédentaires et irrégulières

Il est tombé entre une quarantaine de millimètres dans le Thouarsais et presque 105 mm d’eau ce mois-ci dans le Civraisien. L’excédent est quasi généralisé excepté sur les Deux Sèvres où la région de Niort et allant vers la Vendée affiche un léger déficit d’une dizaine de pourcents par rapport à la normale mensuelle. Sur la Vienne, l’excédent est important surtout au sud d’une ligne reliant Poitiers à Archigny, surtout du Civraisien à la Vienne Limousine où l’excédent est de 60 à 80 % des cumuls habituels en juin. Les deux premières décades ont été très pluvieuses et parfois orageuses avec des journées à forts cumuls journaliers en particulier sur la période allant du 4 juin au 8 juin où les précipitations tombées ont constitué plus de la moitié des valeurs mensuelles, ou encore la période du 11 au 13 juin. Le 5 juin, des remontées pluvio-instables avec un ou deux coups de tonnerre dans le sud des Deux Sèvres ont donné de gros cumuls journaliers sur un petit quart sud-est des Deux Sèvres et surtout sur la Vienne avec un dégradé nord-sud où le Loudunais a recueilli un peu plus de 10 mm et le Pays Mélusin plus de 30 mm : 31 mm à Lusignan(86), 27,8 mm à Lezay(79). Le 11 juin, sur la région de Cerizay, à la frontière de la Vendée, on a enregistré 51,2 mm de pluie sous une limite pluvio-orageuse d’une intensité remarquable mais très localisée, ailleurs ce jour-là on a relevé assez généralement entre 1 et 5 mm et exceptionnellement 8 à 15 mm. La dernière décade a été quasiment sèche, excepté sur les Deux Sèvres avec un débordement pluio-orageux le 24 juin. Les orages ont été nombreux, au moins 11 jours où on a entendu un coup de tonnerre dans le Poitou, ils se sont accompagnés de rafales localement fortes comme le 6 juin sur les Gâtines ou encore 18 juin sur le Montmorillonais où les rafales ont atteint 95km/h et de quelques grêlons à la frontière de la Charente.

Températures très contrastées

Les températures moyennes mensuelles se sont situées en dessus des moyennes de saison d’environ 2 degrés. Cet excédent est à mettre au crédit de l’épisode vraiment caniculaire qui a débuté le 26 juin balayant nombre de records absolus surtout sur les minimales. A la suite d’une fin de mois de mai bien agréable, les quatre premiers jours ont été marqués par des températures en journée très estivales et supérieures aux normales saisonnières. Le thermomètre a plongé de plus de dix degrés à compter du 5 juin avec des valeurs maximales comprises entre 13 et 16 degrés ce jour là : 11,3°C à Secondigny (79) ou encore 12,7°C à Thuré (86), certainement une des journées les plus fraîches de ce mois de juin 2019. Cette journée a donné le tempo et les deux premières décades et quelques jours de la troisième ont été marquées par un temps souvent frais pour la saison, avec des jours très printaniers où les températures maximales avaient du mal a dépassé les 20 degrés ! A compter du 23 juin, le mercure est à la hausse et affiche des valeurs supérieures à 30°C, ce sont les prémisses d’une vague de chaleur caniculaire qui va concerner la France et le Poitou jusqu’en fin de mois. Le déclenchement de la période de vigilance orange le lundi 24 juin à 16 h s’est appuyé sur des calculs d’indicateurs bio-météorologiques. Ceux-ci prennent en compte les températures minimales et maximales (pour la Vienne ils sont de 19°C/35°C), mais pas seulement. Des facteurs comme la précocité, la durée, la pollution, l’humidité, l’incertitude de la prévision entrent en ligne de compte dans la décision du niveau de vigilance. Le 26 juin, les températures tant minimales que maximales ont été largement au-dessus des normales saisonnières : on relevait des températures comprises entre 18°C et 37°C à Mauprévoir (86) et à Thouars (79). Le 27 juin, les températures minimales sont généralement supérieures à 20 degrés, les maximales gagnent 1 à 2 degrés et sont comprises entre 34, 2°C à Brux et 39°C à Surin(79). A Loudun (86), le record mensuel de température minimale a été battu avec 22,4°C pour les 30 dernières années. A Niort, avec 38°C, le record mensuel de température maximale a été battu depuis le début des mesures en 1959, records mensuels battus aussi à Bressuire (79), Parthenay (79), Pougne Hérisson (79), Sécondigny (79)…. Le 28 juin, c’est la matinée la plus chaude de cette période, des records absolus de températures minimales sont battus en plusieurs points du Poitou : avec 23,1°C à Poitiers , le précédent daté de 1933 avec 23°C en août, record absolu à Bressuire (79) avec 22,7°C depuis 1990, Pougne Hérisson (79) avec 22,9°C ( mesures commencées en 1992), Archigny (86) avec 23°C ainsi qu’à Benassay (86), à Thuré c’est le record mensuel qui est battu avec 23,2°C (record absolu étant de 24,3°C le 5 août 2013) . Le 29 juin, il a fait entre 35 et plus de 41 °C du sud au nord du Poitou. Ce sont des records de températures maximales qui ont été battus avec une poche plus chaude sur un quart nord-est du département : 41,1 °C à Loudun (86) record absolu sur la ville depuis 30 ans sur toute l’année, à Poitiers record mensuel battu avec 38,3°C , le record absolu étant de 40,8°C le 27 juillet 1947, record battu aussi à Archigny avec 38,5°C, le record absolu étant de 40,1°C le 6 août 2003, record mensuel mais frôlant le record absolu à Thuré avec 40,3°C (absolu étant de 40,4°C le 6 août 2003), à Thouars( 79) avec 40,3°C c’est le record mensuel depuis 1975 qui a été dépassé. La précocité de cet épisode est à noter. En effet sur les 3 mois d’été, depuis 1949 à Poitiers Biard on a relevé deux périodes de trois jours consécutifs de températures minimales supérieures à 20°C en août 2003 ( du 6 au 8) et en juin 2019 (du 27 au 29 juin). De même, en 2003 on avait relevé 11jours de températures maximales supérieures à 35°C ( du 3 août au 13 août), la période la plus longue ensuite est celle qui vient de nous intéresser du 26 au 29 juin 2019, les autres périodes sont seulement de 3 jours consécutifs comme en 1947 ( max absolu à Poitiers) du 26 au 28 juillet, en août 1998 ou en 2016. A noter que du 20 juin au 22 juin 2017 on avait relevé 3 jours consécutifs de températures maximales supérieures à 35°C.

Insolation – proche de la normale

Le soleil a été présent sans plus une bonne partie du mois, c’est en dernière décade qu’il s’est vraiment installé et à été très chaud, tropical. Sur le Poitou on relève entre 240 et 250 heures d’ensoleillement. Il y a un petit excédent (autour de 10%) sur une franche Est du département de la Vienne. On a enregistré 6 à 7 jours de plein ensoleillement et deux à trois jours de ciel très nuageux, le reste du temps a été partagé et souvent nuageux.

Les vents – Des vents de sud

Les vents du secteur sud ont été largement dominants et souvent forts à tempétueux. Le passage de la tempête Miguel le 7 juin s’est accompagné de vents violents : 112km/h à Thénezay (79), 101,5 km/h à Poitiers(89), 100,1 km/h Montmorillon(86) ce jour-là. Le reste du mois les vents ont été souvent d’Est parfois modérés.