Monthly Archives: novembre 2018

2018-Fait marquants du mois d’octobre

Température en hausse

Des après-midi chauds et des matins frais !

Le mois d’octobre 2018 a été globalement chaud, les températures moyennes mensuelles sont assez généralement supérieures de 1 degré aux normales. Les moyennes des minimales se situent autour de la moyenne habituelle. Ce sont les maximales qui se sont envolées par moment durant le mois avec un excédent de 1 à plus de 2 degrés.

Icone_pluvioSPIEA

 

Le déficit des précipitations est généralisé, il varie du sud vers le nord-Est de la Vienne de 5 % à 50 % des cumuls mensuels moyens. Avec 83 mm à BRUX, nous sommes proche de la normale qui est de 85 mm. Mais à Loudun, à Montmorillon et à Archigny nous avoisinons le 50% de déficit.

Icone_SoleilVoilé

Le soleil a été bien présent tout le long du mois avec un petit bonus en première décade.

L’excédent d’ensoleillement est généralisé, il varie entre 130 et 140 % des normales. Au total ce sont plus de 30 heures de soleil en plus pour un mois habituellement automnal. A Poitiers, octobre 2018 se place en 7éme position depuis 50 ans des mois d’octobre les plus ensoleillés

Manche à Air

Les conditions anticycloniques ont contribué à générer des vents continentaux, ainsi ceux-ci sont souvent été de Nord à Nord-Est.

Puis les vents de noroît (Nord-Ouest) parfois modéré ont contribué à limiter l’évolution des températures et à intensifier la sensation de refroidissement en fin de mois.

2018–Les précipitations de l’année

Précipitations de Janvier à Décembre 2018

Cumul de l’année en cours

Mise à jour le 5 novembre 2018

Octobre 2018 : Le déficit est généralisé, il varie cependant de 5 % à 50 % d’ouest en Est. La Gâtine affiche un déficit moindre et recueille presque l’équivalent de la normale soit proche de 100 mm. Ce sont les territoires du Thouarsais et d’un croissant Est de la Vienne, allant de la région de Richelieu, au Chatelleraudais, les Vals de Gartempe et de Creuse, le Chauvinois et le Montmorillonnais qui affichent le déficit le plus marqué avec moins de 50 mm.

image

Précipitations mois par mois sur le Poitou pour l’année 2018 en cours.

Janvier 2018 : Dans le Poitou, le mois de janvier 2018 a été pluvieux mais rien d’exceptionnel avec 1,2 à 2 fois les quantités de pluie normale nous sommes très loin des records.
A Poitiers, avec 119,8 mm les précipitations sont placées au 3ème rang depuis 1921 derrière 1988 (146,6 mm) et 1961 (144 mm) .
A Niort, avec 134 mm, les précipitations sont seulement en 12ème position depuis 1958. Il faudra encore beaucoup de précipitation pour récupérer la sècheresse de 2017.
Dans les Deux-Sèvres, la ville la plus arrosée a été Saint-Maixent-l’école avec 203 mm et la moins arrosée Thouars avec seulement 80,5 mm. Dans la Vienne la ville la plus arrosée, Montmorillon avec 147,4 mm et la moins arrosée, Loudun avec 111,7 mm.

image

Février 2018 : Les précipitations sont proches des normales, voire légèrement excédentaires sur le Thouarsais et le tiers Nord de la Vienne, elles sont partout ailleurs déficitaires (de 20 à 30%), et même assez nettement (de 30 à 55%) sur le Sud de la Vienne. Ces précipitations ont essentiellement eu lieu entre le 13 et le 20, où il est tombé 20 à 40 mm (près de 50 mm sur le Mellois), soit 40 à 60 % du total mensuel, et même 70 à 80 % sur le Sud !

Mais ce qui est remarquable dans ces précipitations, c’est surtout qu’elles ont donné de la neige qui a tenu au sol : si cette couche de neige au sol n’a généralement pas dépassé 2 ou 3 cm, elle a atteint 5 à 10 cm le 6 !

image

Mars 2018 : Un mois très pluvieux et neigeux… Les précipitations vont du simple au double d’Ouest en Est sur le Poitou. Nous enregistrons 140,4 mm sur Scillé et seulement 73 mm sur Montmorillon en passant par 100,4 mm à Niort et 87,9 mm à Poitiers.
Mais partout les précipitations sont largement supérieurs aux normales, 267% à Mauléon, 248% à Surin, 155% à Loudun et à Montmorillon et 126% à Le Vigeant.
Un épisode neigeux atypique pour la saison s’est déroulé le 19 mars avec des hauteurs qui ont atteintes 3 cm sur les Gâtines Deux-Sèvriennes.

image

Avril 2018 :  Il faut en effet distinguer les 2 départements du Poitou :
– avec 30 à 50 mm, le cumul mensuel dans la Vienne est déficitaire de 25 à 50 % (mais de « seulement » 10 % à Poitiers), le Sud et le Nord-Est étant particulièrement touchés par ce déficit ;
– les Deux-Sèvres ont été un peu plus arrosés (45 à 75 mm), avec le plus souvent un déficit de 20 à 35 %, mais aussi des valeurs proches des normales sur l’extrême Nord, Niort faisant office d’exception.
Il faut effectivement isoler le poste Niort-Souché, car, s’il y est tombé un peu plus de 92 mm sur le mois, les pluies orageuses de la journée du 12, avec 55 mm (dont 41.4 mm en 2 heures, et plus de 20 mm en 30 minutes ! ), représentent à elles seules 60 % du total mensuel !

image

Mai 2018 : Les précipitations sont déficitaires sur l’Est de la Vienne (jusqu’à 30%), l’extrême Sud-Ouest des Deux-Sèvres (de 30 % à Prin-Deyrançon), et le Bocage Bressuire (de 50 % à Bressuire, à 65 % à Mauléon). Partout ailleurs, elles sont localement proches des normales, mais le plus souvent excédentaires, de 10 à 30 %, et même de 30 à 50 % localement .

image

Juin 2018 :  Le début du mois de juin a été très orageux avec des orages violents, les précipitations sont tombées les 15 premiers jours de ce mois de juin. elles représentent plus de 4 fois les quantités normales sur un tiers nord des Deux-Sèvres. Les records sont battus avec : 151.1 mm à Mauléon (138.8 en 1955) ; 179 mm à Thouars (116.4 mm en 1958) ; 183.9 mm à Glénay (133.1 mm en 1963) ; 199.6 mm à Bressuire (115,2 en 1997).

image

Juillet 2018 : Comme souvent au mois de juillet, les précipitations sont tombées sous les orages, c’est donc seulement en 4 à 6 jours de précipitations que nous avons obtenu notre cumul mensuel. La moitié nord du Poitou a bien été arrosé avec 150% des pluies normales à Thouars et à Glénay, alors que sur une grande moitié sud du Poitou seulement 50% des pluies sont tombées avec seulement 35% à Prin-Deyrançon.

image

Août 2018 : Encore un mois sec, le déficit est voisin de 70 % sur la moitié est de la Vienne, le nord du Poitou est un peu moins défavorisé avec 30 % de déficit. En moyenne nous mesurons une trentaine de millimètre de précipitation pour une normale de 50 mm en moyenne. Rare sont les communes qui on pu bénéficier d’une quarantaine de millimètre (Thuré, Bressuire, Mauléon).

image

Septembre 2018 : Prolongation de la sècheresse ! Avec seulement 8 mm à Thouars (poste le moins arrosé) et 26 mm à Le Vigeant (poste le plus arrosé), ce mois de Septembre s’est avéré exceptionnellement sec. Le déficit atteint en effet 80 à 85 % sur la grande majorité des postes, seul celui de Le-Vigeant ayant un déficit de « seulement » 60 %. Septembre 2018 arrive ainsi souvent dans le top 5 des mois de Septembre les plus secs depuis 70 ans, avec même un podium pour Moncoutant et Poitiers, et une deuxième place pour Thouars.

image

Octobre 2018 : Le déficit est généralisé, il varie cependant de 5 % à 50 % d’ouest en Est. La Gâtine affiche un déficit moindre et recueille presque l’équivalent de la normale soit proche de 100 mm. Ce sont les territoires du Thouarsais et d’un croissant Est de la Vienne, allant de la région de Richelieu, au Chatelleraudais, les Vals de Gartempe et de Creuse, le Chauvinois et le Montmorillonnais qui affichent le déficit le plus marqué avec moins de 50 mm.

image

2018-10 : Synthèse climatique du mois d’octobre sur le Poitou

Analyse générale – Mois très ensoleillé, chaud en journée et irrégulièrement pluvieux

Les conditions ont été anticycloniques en surface la majeure partie du mois, assurant un temps souvent chaud en journée, sec et largement ensoleillé avec cependant quelques épisodes pluvio-orageux. Les éclaircies nocturnes et la baisse des températures ont contribué à la formation de brume et de bancs de brouillard parfois denses en fin de nuit et en début de matinée.

Du 1 octobre au 5 octobre : soleil

Les conditions anticycloniques de nord, nous assurent un temps sec et généralement ensoleillé avec des températures minimales en baisse. Retour le matin du 2 octobre de gelées blanches par place. Le thermomètre est en hausse en journée et les maximales affichent des valeurs très estivales à compter du 4 octobre.

Du 6 octobre au 15 octobre : passagèrement perturbé

Les conditions anticycloniques sont mises à mal sous l’influence d’abord d’une goutte froide qui circule sur l’Espagne, puis du passage d’un thalweg qui s’accompagnent de fortes précipitations parfois orageuses les 10 et 11 octobre. Excepté en début de période où les températures affichent une baisse sensible par rapport aux jours précédents, le thermomètre remonte pour atteindre des valeurs de nouveau estivales. Le nouveau passage pluvio-orageux du 14 octobre, qui a surtout concerné les Deux Sèvres, sonne la fin de cette période chaude. Le 15 octobre sous un temps couvert et passagèrement pluvieux, les températures sont en baisse d’une dizaine de degrés.

Du 16 octobre au 25 octobre : anticyclonique

C’est un temps sec avec des températures toujours au-dessus des normales qui prévaut au moins jusqu’au 21 octobre avec une petite dizaine de degrés en début de journée et une vingtaine aux meilleurs moments de la journée, elles sont en baisse ensuite sous les effets d’un vent de noroît parfois soutenu. Les phénomènes de basses couches sont nombreux : brume, brouillard ou grisaille et ils sont parfois persistants. Cependant l’ensoleillement est souvent au rendez-vous l’après-midi, il est rarement gêné par des nuages.

Du 26 octobre au 31 octobre : faiblement perturbé

Le flux d’altitude dépressionnaire s’établit au sud-ouest, mais reste en surface sous l’influence de vents continentaux de nord à sud parfois modérés. Le ciel est souvent chargé avec quelques pluies éparses, celles-ci sont plus soutenues en fin de mois. Elles contribuent à rattraper le déficit qui s’était établit en milieu de mois.

Précipitations – Un petit déficit et une grande variabilité

Le déficit est généralisé, il varie cependant de 5 % à 50 % des cumuls mensuels moyens. La Gâtine affiche un déficit moindre et recueille presque l’équivalent de la normale. Ce sont les territoires du Thouarsais et d’un croissant Est de la Vienne, allant de la région de Richelieu, au Chatelleraudais, les Vals de Gartempe et de Creuse, le Chauvinois et le Montmorillonnais qui affichent le déficit le plus marqué avec seulement 50 à 70 % des cumuls mensuels habituels. Il y a eu peu de jours de pluies. L’essentiel des pluies est tombé en 7 jours avec quelques disparités locales du fait du caractère instable et orageux de celles-ci. Durant l’épisode du 10 et 11 octobre où les orages ont été nombreux avec une forte activité électrique, les précipitations ont été très variables. Ainsi, on a relevé sur ces deux jours 35,7 mm à Brux (86) et seulement 6 mm à Melle(79). C’est une zone allant de Benassay (86) au Civraisien qui a reçu le plus de pluie. Le 14 octobre, une ligne pluvio-orageuse s’est concentrée sur les Deux Sèvres suivant un axe de Thouars à Niort, on a relevé des cumuls très importants en 6 heures : 49,6 mm à Surin (79), 42,7 mm à Pougne Hérisson (79) ou encore 35,2 mm à Niort ce jour-là. En fin de mois, les 28 et les 31 octobre, ce sont parfois plus de la moitié des précipitations mensuelles qui sont tombées.

Températures – Du yoyo, parfois très estival l’après-midi et hivernal le matin

Le mois d’octobre 2018 a été globalement chaud, les températures moyennes mensuelles sont assez généralement supérieures de 1 degré aux normales. Les moyennes des minimales se situent autour de la moyenne habituelle. Ce sont les maximales qui se sont envolées par moment durant le mois avec un excédent de 1 à plus de 2 degrés suivant les secteurs, avec un avantage sur la Vienne. Ces valeurs des maximales estivales ont imposé des amplitudes thermiques journalières parfois importantes : le 5 octobre, par exemple, ce sont 20 degrés ou plus qui ont été gagnés en journée après un départ matinal un peu frisquet et in fine des maximales comprises entre 27 et 29 degrés. Le thermomètre a fait un peu de yoyo, ainsi le 6 puis les 7 octobre, les maximales avaient perdu presque 10 degrés par rapport aux jours précédents. Et de nouveau une embellie sur la période du 12 au 14 octobre où les maximales ont atteint puis dépassé les 25 degrés. Au total, ce sont 5 à 6 jours de températures maximales supérieures à 25 degrés qui ont été enregistrés sur les trois quart sud de la Vienne et un quart sud des Deux Sèvres, et 2 à 4 jours seulement sur les Gatines, le Bocage, le Thouarsais et le Loudunais. Octobre 2018, 2010, 1985 ont enregistré 5 jours, à Poitiers, de températures supérieures à 25 degrés, ainsi ces années se placent en tête des mois depuis 70 ans, ayant eu le plus de ces excès thermométriques journaliers. On avait enregistré 4 jours en 1986 et 3 jours en 2017. Les 3/4 des mois d’octobre depuis 70 ans n’ont pas enregistré de températures maximales supérieures à 25 degrés.

Insolation – Très ensoleillé

Le soleil a été bien présent tout le long du mois avec un petit bonus en première décade, et ce malgré quelques épisodes nuageux, pluvio-orageux ou en lien avec de la grisaille persistante. L’excédent d’ensoleillement est généralisé, il varie entre 130 et 140 % des normales. Au total ce sont plus de 30 heures de soleil en plus pour un mois habituellement automnal. A Poitiers, octobre 2018 se place en 7éme position depuis 50 ans des mois d’octobre les plus ensoleillés et pour Niort en 8ème position.

Les vents – Nord-Sud

Les conditions anticycloniques ont contribué à générer des vents continentaux, ainsi ceux-ci sont souvent été de Nord à Nord-Est et parfois de sud à sud-est. Ce sont de Sud à Sud-Ouest ou de Nord que les rafales les plus importantes ont été enregistrées : 68,4 km/h à Poitiers le 28 octobre et 67 km/h à Montmorillon (86) le 14 octobre. Les vents de noroît parfois modéré ont contribué à limiter l’évolution des températures et à intensifier la sensation de refroidissement en fin de mois.